Les vacances d'Adeline - 4

Proposée le 26/12/2010 par Jul75
Lire le chapitre 3.

Le premier groupe arriva 30 minutes plus tard :
Géraldine et Roger, ce dernier étant le frère de Jérome, sont arrivés avec leur fille Céline; Géraldine n'est pas une femme très belle, c'est vrai, toute sa beauté est à l'intérieur, la seule chose que l'on pourrait aimer chez cette femme ce sont ses formes, si l'on devait s'en tenir au physique, car c'est apparemment la seule chose que lui a laissé son age, 47. Quant à son mari, Roger, le frère de Jérome, c'est un adulte qui aime bien la rigolade et est très proche de son frère, malgré la distance qui les sépare, ils sont toujours ensemble, accompagnés de leur bière bien fraiche. Céline, enfin, c'est la fille, fraichement jolie, elle a 19 ans, et ce sont ses cheveux, courts, châtains aux mèches blondes qui font pratiquement tout son charme.

Le deuxième groupe arriva, au maximum, 10 minutes après :
Aline et Robert, et leur 3 enfants, Samantha, Melanie et Georges. Aline est la soeur de Jérome, âgée de 42 ans elle est encore une très belle femme, malgré l'absence de formes. Elle n'est pas comme ses frères, en revanche son mari, Robert, est très proche de Jérome et de Roger. Quant à leur filles, elles ont dans la vingtaine et jolies par-dessus le marché. Puis il y a le frère, Georges, le play-boy.

Et encore, Laurent, le frère d'Audrey, n'était pas encore arrivé, il sera là demain, accompagné de sa mère.
Toute la famille, et Adeline, passèrent l'après-midi à discuter de tout et de rien, surtout de rien selon Adeline qui s'ennuyait, étant donné qu'elle ne fait pas partie de la famille, il était très difficile pour elle de s'exprimer, ainsi elle resta assise durant des heures à écouter. Néanmoins, chaque membre de la famille s'intéressait à elle par politesse, de temps en temps.
- Tu es ici chez toi, disait Aline, la soeur à Jérome.
Adeline se contentait de sourire en restant dans les bras de Rémy.
Finalement, un peu après 19 heures, Audrey et Géraldine s'en étaient allées préparer le dîner. Tandis que les autres firent une visite de la demeure à Adeline, elle aura une chambre au premier étage, avec Rémy.
- Toi et Rémy seulement, lança Céline avec un sourire qui en dit long.

Le diner était prêt, et une fois tous le ventre plein, chacun sut où s'occuper. Jérome, Roger et Robert allumèrent la télévision, accompagnés de leur canettes, et ne bougèrent plus. Les autres continuèrent à discuter.
Près de 22 heures, tous le monde était au lit. Le premier jour en vacance est le plus épuisant, tous plongèrent dans un sommeil profond...

Adeline entendait quelque chose, des gémissements, le son était faible au point qu'Adeline se demandait si ce n'était pas dans sa tête. Le sommeil pourrait lui jouer des tours. Elle se concentra... Ces gémissements étaient réels. Elle prit son téléphone cellulaire sur la table de chevet : 23:47. Elle quitta le lit, habillée d'une simple chemise de nuit, en y laissant Rémy seul.
Il n'y a, au même étage, que Mélanie, ça ne pouvait donc être qu'elle. Adeline, cependant, voulait voir qui était avec elle, ça l'intriguait, en plus de l'exciter. Arrivée à la porte de la chambre, elle se contenta d'écouter, les gémissements étaient plus audibles ici.
Dos contre le mur, elle fit glisser sa main jusqu'à son entre-jambe, tandis que les gémissements de Mélanie, ou on-ne-sait-qui, lui envahissaient les oreilles. Ce sont ces gémissements là qu'elles voulaient crier durant ces vacances, croyant que la chaleur du Sud décoincerait Rémy, au lieu de ça il s'est couché aussitôt allongé.
Adeline commençait à mouiller durement, se pinçant les lèvres pour éviter de gémir à haute voix, malgré le fait qu'elle voulait qu'on l'entende. Elle se laissa glisser, se retrouvant le derrière sur le sol, elle écarta les jambes en relevant sa chemise, dénudant ainsi ses jambes et son inimité. Elle fit entrer son majeur en elle et se caresser les seins de l'autre main, elle gémit doucement en fermant les yeux, et en une fraction de seconde une image passa devant ses yeux : Le pénis de son frère qu'elle suce. Elle aime ça, et joignant le geste à cette image, elle suce son index tout en continuant de simuler une pénétration de son majeur.
C'est trop bon, elle veut voir. Elle se relève et regarde au travers de la serrure. Posant sa main droite sur le mur, son oeil droit sur la serrure et sa main gauche entre ses jambes, elle admire les jambes de Mélanie, sans doute, qui gigotaient. Adeline en est captivée, elle aimerait entrer et se joindre à eux. Eux ? Peut-être est-elle seule.
Adeline sursaute et tandis que sa bouche s'ouvre pour lâcher un cri une main l'en empêche. Elle tente de tourner la tête pour voir qui est derrière elle mais l'inconnu lui tient fermement la tête. Sa bouche est libérée, Adeline ne crie pas et semble confuse "Qui est-ce ?" se demande t-elle.
L'inconnu l'a fait se courber en avant, l'obligeant à reprendre sa position initiale, Adeline admirant à nouveau les jambes de Mélanie. Elle sent, malgré le tissu, un sexe se poser contre ses fesses. Encore une fois, elle essaye de faire pivoter sa tête mais les deux mains de l'inconnu l'immobilise, Adeline cède et se laisse faire.
Une main se faufile entre ses jambes et se pose sur son minou, c'est trempé. Adeline n'éprouve aucune honte, elle est même satisfaite de savoir que l'inconnu apprécie et qu'il a envie d'elle, mais elle préfère faire la soumise, elle se laisse faire.
Deux doigts s'enfoncent en elle, elle manque de lâcher un cri mais la main de l'inconnu se pose sur sa bouche. Il se retire et lui remonte sa longue chemise sur les fesses, il se colle contre elle et Adeline peut sentir la peau de la verge, qui se glisse entre ses fesses. Adeline était heureuse, elle allait se faire pénétrer, et malgré le fait qu'elle ne sente pas de préservatif elle ne dit rien, elle compte sur la pilule. Le sexe de l'inconnu s'est vu remplacé par la langue, Adeline peut sentir la bouche de son mystérieux amant se remplir de son jus tandis que la langue la pénètre.
Elle a du mal à se retenir, ses gémissements peuvent se faire entendre, mais voyant les jambes de Mélanie, à travers le trou de la serrure, toujours en action lui donne l'impression qu'on ne l'entend pas. En revanche, les gémissements de Mélanie se font moins silencieux. Adeline se rassure en se disant qu'ils sont seuls à cet étage, mais quelqu'un pourrait arriver, Rémy par exemple.
Elle n'a pas le temps d'y penser, la verge de l'inconnu s'est glissée à nouveau entre ses jambes, Adeline sent le gland sur son sexe. Elle se cambre encore plus en avant, par réflexe, invitant ainsi son amant à la pénétrer. Une main s'empare de ses fesses tandis qu'une autre vient lui empoigner le sein droit. Avec douceur, le sexe masculin envahit le minou d'Adeline. Tous se fait avec douceur, même les va-et-vient, l'inconnu sait que s'ils se font remarquer il sera obligé de mettre un terme à cela, ce qu'il ne veut pas. De même pour Adeline, elle aimerait qu'il se fasse plus violent, mais la peur que tous s'arrête calme ses ardeurs. Elle profite de cette douce pénétration.
Laurent, le frère d'Audrey, Georges, le cousin, Roger ou Robert, les oncles, Jérome, le père. Qui est-ce ? Peut-être Rémy. Impossible, pensa Adeline, c'est un coincé, et elle le sentirait.
La main de l'inconnu quitta le sein et alla se poser sur la bouche, empêchant Adeline d'émettre un quelconque son. La raison de ce geste est simple, l'inconnu accéléra considérablement sa pénétration tout en lui maintenant fermement les fesses de sa main gauche. Il gémit doucement, Adeline peut l'entendre, mais on ne reconnait pas la voix de quelqu'un à ses gémissements.
L'inconnu en était à son maximum, ses hanches tapés avec force sur les fesses d'Adeline. Elle sentait le sexe de son amant se gonfler en elle. Il est sur le point de jouir. Elle veut jouir en même temps, et pour ce faire elle glisse une main à l'encontre du sexe qui la pénètre et se titille, en même temps, le clitoris. Des frémissements parcourent son corps entier, savoir que l'on jouit en même temps est encore plus enivrant pour Adeline.
Il libéra enfin sa bouche, il lui prit les fesses dans les mains et donna les derniers coups de rein, les plus violents. Adeline lâche de petits cris à chaque fois que le sexe de son amant atteint le fin fond de son ventre. Elle pose ses deux mains sur le mur, de part et d'autre de la porte à fin de subir les derniers va-et-vient, les plus beaux.
Enfin son ventre se remplit, elle maintient sa bouche fermée pour éviter de crier, son amant reste au fond d'elle sans bouger, tandis que ses mains s'empressent sur les seins d'Adeline, elles les lui presse à travers le tissu de la chemise.
Adeline tourne la tête une derrière fois pour voir qui vient de lui faire l'amour, elle qui se demande qui fait l'amour à Mélanie, ça lui apprendra à être curieuse.
Il fait noir, les yeux d'Adeline n'ont pas le temps de s'habituer à cette obscurité, la main de l'inconnu lui immobilise la tête en l'obligeant à admirer Mélanie.
Il se retire enfin, il l'a redresse et l'a fait avancer jusqu'à sa chambre. Elle se laisse guider. Elle pourrait se retourner brusquement et le découvrir, mais elle ne veut plus, car elle veut faire durer le mystère.

Adeline s'est allongée sur le lit, Rémy dormait toujours. Il faisait noir dans la pièce, la peur que Rémy se réveille et découvre son corps en sueur et son entre jambe inondée la dissuade d'allumer. Elle n'a de toute façon pas besoin de lumière pour voir, elle sait très bien à quoi elle ressemble. Une de ses mains s'aventure sur son minou pour découvrir la quantité surabondante de sueur, de jus et de sperme. Ses doigts en sont vite remplis, elle apporte sa main à sa bouche et suce goulûment ses doigts.
Du sperme. Elle n'en a jamais eu dans sa bouche, et là elle en avale comme si elle en avait avalé toute sa vie, elle s'arrête et prend un air songeur. "J'aime le sexe, comme tout le monde.", pense t-elle "Mais à ce point je suis une... Je me livre à la sexualité comme s'il n'y avait que ça dans ma vie. Ma mère qualifie beaucoup de filles de dépravées, le suis-je maman ?". Adeline retira ses doigts de sa bouche et fixa le plafond. "Une dépravée, corrompue sexuellement, un euphémisme pour... Pute... Salope, catin, pétasse, chienne..." Adeline n'était pas habituée à ce langage. "Qu'est-ce qui me prend ? Moi, la fille parfaite..."
Adeline n'est pas une présomptueuse, elle est parfaite, c'est vrai. Ses études, son éducation, son physique, ses qualités...
"Suis-je une putain, parce que j'aime le sexe ? J'aime ça, maman, et il n'y aucun mal à ça. Toi, mère, tu passes ton temps à jardiner, père ne peut pas se passer de son travail... Moi je ne peux pas me passer de sexe, c'est ce que j'ai compris aujourd'hui".
A présent, tous dormaient, ou du moins c'est ce que le silence voulait nous faire croire...